Qu'est-ce que la radiesthésie ? (suite)

La radiesthésie est une discipline qui s'intéresse aux ondes électromagnétiques et aux vibrations émises par les corps. Le radiesthésiste capte les ondes en utilisant plusieurs instruments tels qu'un pendule (en bois, en quartz ou en cristal), une baguette ou une antenne Lecher, chacun d’eux pouvant être considéré comme une sorte d’antenne ou d’amplificateur énergétique qui nous rend l’invisible (informations, ondes) visible.

Ces objets permettent de mettre à jour une pathologie, trouver une source, un objet perdu ou une personne. La radiesthésie s'intéresse également à l'influence de l'environnement (failles géologiques, eaux souterraines, champs magnétiques) sur les êtres vivants.

Selon Jocelyne FANGAIN, spécialiste de la question, "L’acte radiesthésique est l’art d’exprimer par l’intermédiaire de la baguette ou du pendule (sans l’intervention de nos déductions ni de notre mode de pensée) la réponse de notre intuition à une question simple clairement formulée, matérialisée par un mouvement". 

 

Magnétisme, radiesthésie et téléradiesthésie

Essayons de différencier ces trois termes

1. Le terme "magnétisme" vient du grec "magnes" qui signifie "aimant" ou pierre de Magnésie, ville d’Asie mineure.

Selon une vieille légende grecque, le nom viendrait de celui d’un berger, nommé Magnes qui gardait son troupeau sur les pentes du mont Ida, près de Troie, et s’aperçut avec étonnement que la pointe ferrée de son bâton était attiré très fortement par une pierre.

Cette pierre, qualifiée "pierre d’aimant" fut considérée, en particulier au Moyen Age, comme ayant des vertus curatives, et les géologues la baptisèrent "magnétite". Certains spécialistes de la radiesthésie comme le professeur Yves ROCARD  pensent d’ailleurs que le corps humain en abrite une certaine quantité (voir "brève histoire de la radiesthésie" + Interview à la rubrique "Documents/Extraits de textes et citations").

Tous les organismes vivants sont soumis au champ magnétique de la Terre (énergie tellurique) et à celle provenant du cosmos (énergie cosmique).

Il faut distinguer le magnétisme physique du magnétisme animal. Le premier consiste en l’attraction ou la répulsion d’un élément sur un autre en formant un champ magnétique produit par des charges positives ou négatives en mouvement (par exemple l’attraction entre deux aimants) alors que le second émane des corps vivants et de tous les éléments composant le cosmos.

C’est ce magnétisme humain ou animal dont se sert le magnétiseur pour agir car l’homme est un émetteur-récepteur.

Le magnétiseur est un praticien du magnétisme. Il transmet l'énergie magnétique destinée à rétablir l'harmonie, rééquilibrer le corps, l'âme et l'esprit. Tout être vivant possède du magnétisme sans en avoir conscience ou sans savoir s'en servir, alors que le magnétiseur a pris conscience de posséder ce que certains appellent un "don" basé sur une forte sensibilité et une grande pratique complétée par une solide formation aux thérapies énergétiques.

Sa méthode thérapeutique postule que le corps de tout sujet est entouré d’un champ d’énergie (aura) et que par son action, il peut recharger énergiquement ce corps et ainsi influer directement et positivement sur son état de santé.

Le magnétisme détecte les vibrations perturbées au niveau du ou des organes qui dysfonctionnent. Il permet de redonner de l'énergie, de rééquilibrer le système nerveux, de pacifier le mental,  Il peut ainsi apaiser la douleur et revitaliser l'organisme.

Comme l’électricité statique partant d’un objet en plastique peut attirer du papier une fois chargé, le magnétiseur va charger ses mains pour utiliser l’électromagnétisme afin d’éliminer les énergies négatives.

La plupart des magnétiseurs utilisent l’imposition des mains et/ou un support pour les aider. Le plus souvent il s’agit d’un pendule qui joue simplement le rôle d’amplificateur des vibrations et des sensations car il ne faut pas oublier que c’est le magnétiseur qui agit. Nous verrons plus loin qu’il peut agir sur la personne à soigner même si elle n’est pas présente physiquement.

Certains parlent de "fluide" pour désigner ce don du magnétiseur.

 

2. Magnétiseur, guérisseur : une différence ?

Le magnétiseur est souvent qualifié de guérisseur, considéré comme ayant le privilège de ressentir des troubles et d'y remédier. Guérisseur est tout simplement le nom ancien et traditionnel du magnétiseur. En Occident, on préfère le mot "magnétiseur" plutôt que "guérisseur" qui a une connotation chamanique intégrant la notion d'esprit qui guérit, de connexion à la source de la guérison.

Les appellations changent selon les régions : rebouteux (Franche-Comté, Alsace) ; guérisseur ou panseur (Auvergne) ; magnétiseur (Occitanie); sorcier (Berry)… Et n’oublions pas le coupeur de feu, autre magnétiseur bien connu capable d’éliminer la souffrance due à une brûlure et préparer la peau à sa guérison.

 

 3. Magnétisme et radiesthésie 

Le magnétisme est indissociable de la radiesthésie. Il s’agit de deux ressentis différents mais qui sont complémentaires et les spécialistes de la radiesthésie évoquent l’importance des effets du magnétisme et de la présence d’ondes.  On peut donc être à la fois magnétiseur et radiesthésiste. 

Chez le radiesthésiste, le subconscient déclenche simplement un léger réflexe musculaire qui répond à la question  mentale que se pose l’opérateur en donnant au pendule un mouvement giratoire déterminé.  Ce réflexe ne peut intervenir que si l’opérateur a fait le vide dans son esprit, permettant ainsi à la partie sensitive de son subconscient de jouer son rôle d’informateur.

Au contraire le magnétisme mobilise des énergies psychiques pouvant produire des effets matériels. Il s’agit donc ici d’une attitude active se soldant par un rayonnement à visée par exemple thérapeutique.  

On peut conclure que bien que différents dans leur manifestation, radiesthésie et magnétisme ont une origine commune qui se situe dans le subconscient.

La radiesthésie a un énorme champ d’activités et contribue au développement de nombreuses disciplines comme l’hydrologie (science de sourciers), la géobiologie, l’archéologie, la radiesthésie médicale, la radiesthésie vétérinaire, la recherche de personnes disparues…..

 

4. Radiesthésie et téléradiesthésie

La téléradiesthésie, n'est qu'une forme particulière de la radiesthésie ; elle met en jeu les mêmes perceptions mais à distance. On la qualifie de radiesthésie extrasensorielle car elle est basée sur les ondes mentales présentes en télépathie. La voyance n'est pas de la radiesthésie, elle met en jeu d'autres formes de perceptions, sous la forme de "clichés" situés indifféremment dans le présent le passé ou le futur.

La radiesthésie à distance est de plus en plus prisée car elle comporte de nombreux avantages pour le patient qui est dans l'impossibilité de se déplacer pour raison de santé, ou qui a un emploi du temps chargé et préfère bénéficier ainsi d’un gain de temps précieux.

Un autre avantage qui n'est pas non plus négligeable pour le magnétiseur à distance est que lorsque les personnes sont dans leur environnement propre elles sont beaucoup plus réceptives et décontractées, d'où une plus grande efficacité lors des soins.

Le radiesthésiste peut détecter sur photo, sur plan ou à partir d’une écriture ou d’un objet témoin (mèche de cheveux par exemple).

"Pour ce qui est du mécanisme opéré à partir d’une photographie, il est compréhensible qu’il s’agit d’une transmission vibratoire de la lumière venant du corps photographié sur la plaque sensible de la pellicule ; Cette dernière capte (condense en réalité) des vibrations émises par des corps photographiés pour les restituer partiellement, mais avec toutes les caractéristiques vibratoires, à chaque épreuve tirée" J. FANGAIN

Il y a persistance des ondes sur les photographies et le radiesthésiste peut entrer en contact avec elles.

Selon le même processus, s’il s’agit d’une écriture on peut considérer que les vibrations résultant de l’acte de pensée et d’écriture du scripteur peuvent être captées et les objets en général conservent l’empreinte vibratoire de ceux qui les ont utilisés.

Un auteur célèbre s’est penché sur ce principe d’imprégnation des objets ; Il s’agit de Jean PRIEUR (1914-2016). "Tout se passe comme si les choses s’imprégnaient des vibrations émanant des personnes qui furent en contact avec elles… Certains hommes ont la possibilité de capter cette mémoire des objets et de rechercher ainsi dans le passé".

 

Comment fonctionne la guérison à distance ?

Lynne MC TAGGART, écrivain spécialisée en physique quantique nous parle des recherches concernant ce qu’elle appelle "la guérison spirituelle".

"La guérison à distance est bien plus qu’un simple effet placebo. Dans nombre des recherches consultées, les patients ne savaient même pas que quelqu’un était en train d’essayer de les guérir. Malgré cela, ces derniers allaient mieux. On commençait à avoir la preuve que des personnes pouvaient se concentrer à distance sur un patient et l’aider à aller mieux".

Selon cet auteur, ceci est possible parce que nous faisons partie du "Champ Unifié", un océan de vibrations subatomiques situé dans l’espace entre les objets et reliant tous les éléments de l’Univers. Tout est connecté à tout dans une mer d’énergie quantique. "Ce champ constitue la force qui, plutôt que les germes ou les gènes, détermine en fin de compte chez nous la santé ou la maladie et c’est dans ce champ que nous devons puiser pour nous guérir".

Certains auteurs pensent qu’il s’agit d’une "conscience cosmique" avec laquelle la conscience individuelle serait connectée.

Dans le même ordre d’idées on peut citer l’analyse intéressante du philosophe des sciences Ervin LASZLO pour qui il existe un champ d’information, qu’il baptise "champ akashique" qui nous permet de faire un avec le cosmos et qui concentre toutes les informations qui sont conservées "au-delà de notre cerveau et de notre corps" (voir rubrique Documents/Bibliographie).

Un nombre croissant de physiciens pensent qu’il y a une non-localité de la conscience. Cette conscience ne se situerait pas dans le cerveau qui ne serait que le transmetteur d’informations, de la même façon que la radio ou le téléviseur ou encore le portable ne font que relayer des informations qui leur sont "extérieures".

A partir de là, on peut affirmer que la pensée n’est limitée ni dans le temps ni dans l’espace et est à même de pouvoir se déplacer.  (Voir le paragraphe "radiesthésie et physique quantique").

Citons Emmanuel RANSFORD, chercheur spécialisé en physique quantique :

"En quoi consiste la non-localité ou la supralité ? Elle est un lien mystérieux par lequel les objets quantiques peuvent s’influencer mutuellement, quelle que soit la distance qui les sépare. L’intrication est complètement indifférente à l’éloignement. Elle ignore de ce fait les règles de la relativité d’Einstein. Elle transcende l’espace-temps relativiste de notre univers matériel".

La science actuelle commence à admettre la possibilité d’une communication à distance entre êtres vivants sans le recours des cinq sens communs. Elle appelle cette faculté "télépathie". Ce que l’on appelle aussi transmission de pensée ou communication "psychique", les peuples primitifs, les animaux et même les plantes la pratiquent de façon innée afin de transmettre et recevoir des informations. Les ethnologues ont toujours été épatés par la rapidité de la circulation des nouvelles dans les régions les plus reculées de la planète, où ni le téléphone, la radio ou la télévision n’avaient encore pénétré.

 

Des exemples frappants de non-localité

  • Exemple des tribus indigènes

«Rappelons cette aventure arrivée dans les années 30 au docteur Kirkland, médecin du gouvernement rhodésien. A cette époque il n’existait aucun moyen matériel de communication à distance utilisé dans la vie de tous les jours.

On amena à l’hôpital un indigène dont le foie avait été transpercé par un autre indigène sous l’emprise de la boisson. Le blessé demanda au docteur s’il serait encore en vie le lendemain matin. Le médecin lui répondit franchement que c’était hautement improbable. Le blessé déclara alors qu’il voulait lutter et vivre au moins jusqu’à ce qu’il ait vu ses parents pour la dernière fois. Or ceux-ci vivaient dans un village qui se trouvait à plus de 50 km de l’hôpital et il fallait au moins neuf heures pour arriver là-bas en empruntant des pistes à travers la forêt vierge. Envoyer un messager était le seul moyen de prévenir les parents. Au grand étonnement du docteur, le blessé indiqua "qu’il allait les appeler". Cela se passait le soir au coucher du soleil. Le médecin apporta la garantie qu’aucun tam-tam  n’avait été utilisé et pourtant, le lendemain matin, peu avant le lever du soleil, toute la famille se présenta au chevet de l’agonisant, "après une marche de nuit" (source : site "Science et Magie")

 

  • Exemples chez les plantes

Peter TOMPKINS (1919-2007) et Christopher BIRD (1928-1996), tous deux diplômés de Harvard, ont apporté une contribution fondamentale à l’étude de la sensibilité végétale et des rapports entre la plante et l’homme. Selon eux les plantes émettent des radiations perceptibles par l’homme et la réciproque est également vérifiée. On trouve dans leur ouvrage ("La vie secrète des plantes") de nombreux exemples frappants de cette relation insoupçonnée où l’on découvre notamment que les plantes sont télépathes, douées de sensibilité et d’émotions et réceptives à la musique (voir Documents/Bibliographie).

Les plantes communiquent aussi entre elles et avec les animaux comme dans l’exemple de la relation acacia-girafe décrite ainsi par yadoya (animaux et nature) : "Les girafes et les acacias se font la guerre depuis des milliers d’années. De nombreuses évolutions de chacune des deux espèces se font en réaction de l'une par rapport à l'autre, chacune s'adaptant pour manger l'acacia ou pour éviter de se faire manger par la girafe. Par exemple, les acacias ont grandi pour avoir leurs feuilles bien au-dessus des autres espèces. Les girafes ont alors évolué vers un cou plus développé pour pouvoir les manger à plusieurs mètres de hauteur. Les acacias ont ensuite développé des épines pour se défendre. Ce à quoi les girafes ont réagi en développant une langue préhensile, des grosses lèvres et un palais épais pour pouvoir saisir les branches et les manger quand même. Les acacias ont ensuite développé des tanins, une substance qu'ils sécrètent quand ils sentent qu'ils se font attaquer et qui rend leurs feuilles écœurantes à la consommation en quelques minutes. Les girafes ont réagi en changeant d'arbre toutes les 5 minutes quand elles mangent. Les acacias ont transformé cette substance en signal d'alerte pour que les arbres environnants se mettent tous à la secréter dès qu'un seul d'entre eux est attaqué. Les girafes ont depuis appris à marcher vers les bosquets d'arbres en se dirigeant face au vent".

En matière de communication chez les végétaux, l’acacia est décidément très performant et la découverte qui a fait le plus de bruit ces dernières années a été celle du message d'alerte qu'un acacia de la savane d'Afrique du Sud (Acacia caffra) est capable d'envoyer à ses semblables lorsque ses feuilles sont broutées par une antilope, le koudou (voir texte "la communication chez les plantes") 

 

  • Exemples chez les animaux

Rupert SHELDRAKE, scientifique anglais spécialiste de biochimie et de biologie cellulaire, à l’origine de la thèse des "champs morphiques" rapporte dans ses ouvrages certains évènements pour le moins troublants, comme ces pigeons qui retrouvent leur chemin à des centaines de kilomètres de distance, en terrain inconnu, parfois au-dessus de la mer, ces loups séparés de leur meute de plusieurs kilomètres et réagissant de la même façon qu’elle tout en sachant sa localisation, ces animaux domestiques, chiens, chats, chevaux ou autres qui anticipent parfois une demi-heure à l’avance le retour de leur maître en sachant à quel moment il a quitté son travail. Phénomène télépathique ? Peut-être. On sait que les chats se cachent lorsqu’ils pressentent qu’on va les emmener chez le vétérinaire, captant vraisemblablement les pensées de leur maître (voir rubrique "Documents/Bibliographie").